Share this post

Submit to DeliciousSubmit to DiggSubmit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to StumbleuponSubmit to TechnoratiSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn

Newsday.com - Alors que le président Donald Trump a fait savoir mardi aux diplomates et aux chefs d'État qu'il était prêt à travailler avec les dirigeants iraniens, des milliers d'Irano-Américains ont scandé et appelé à la fin du régime lors d'un grand rassemblement devant les bâtiments les Nations Unies.

"Je suis une voix parmi des milliers d'Iraniens ici pour dire non à Khamenei, non à Rohani, non à ce régime barbare qui gouverne l'Iran", a déclaré Kazem Kazerounian, professeur de génie mécanique à l'université du Connecticut qui vit aux États-Unis depuis son arrivée en 1978 pour étudier à l'université de l'Illinois.

Il n'est pas retourné dans son pays d'origine, a-t-il dit, parce que ses activités contre les gouvernements qui se sont succédées depuis la révolution iranienne de 1979, qui a porté au pouvoir la ligne actuelle des dirigeants iraniens, le mettraient en danger. Il a dit qu'il ne voit aucune différence entre les dirigeants iraniens d'aujourd'hui et ceux d'il y a 40 ans.

"Ils font tous partie du même régime, c'est la même chose, rien n'a changé ", a-t-il dit. "La corruption a augmenté, le népotisme, la répression barbare de la liberté. De plus, ils étendent maintenant le terrorisme et l'exportent hors des frontières de l'Iran."

Kazerounian a rejoint un groupe comprenant l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, l'ancien sénateur du Connecticut Joseph Lieberman et l'ancien sénateur du New Jersey Robert Torricelli à Dag Hammarskjold Plaza.

Les manifestants portaient des gilets jaunes et agitaient des drapeaux tout en faisant la promotion d'une alternative au président iranien Hassan Rohani lors d'un événement qui s'étendait sur un bloc de maisons entre la première et la deuxième avenue.

L'événement a été organisé par le Conseil national de la Résistance iranienne, qui espère remplacer Rohani par une dirigeante démocratique et laïque, ont déclaré les organisateurs.

Les manifestants arboraient le hashtag #freeiran. Ils ont joué de la batterie et écouté de la musique iranienne pendant que les orateurs montaient sur scène pour dénoncer Rohani.

"Le régime voit quelque chose que beaucoup perçoivent ici en Occident", a déclaré Giuliani, faisant référence à Rohani et à ce qu'il a appelé un soutien plus grand que jamais pour son départ. "Ils voient le signe de leur fin ... C'est le signe d'un régime en train de s'effondrer."

Le portrait de Maryam Radjavi, présidente élue du CNRI, était affiché sur des dépliants et des pancartes tout au long de la manifestation, où il était écrit "Liberté, démocratie avec Maryam Radjavi". Les organisateurs ont lu au public un message de Maryam Radjavi.

"Votre rassemblement dit "Non" à la poursuite du règne d'une bande d'occupants et de voyous en Iran, dit la lettre. "Et il dit "Oui" au renversement de ce régime par le peuple iranien et la résistance iranienne."